Pour recevoir nos conseils, veuillez remplir notre formulaire

CONSULTATION GRATUITE

éditorial

20 astuces pour réduire son impôt

Payer moins d’impôt est le rêve de tous les contribuables. Pour y arriver, il est important de savoir comment s’y prendre. Entre les déductions d’impôts, les crédits d’impôt, le REER, le CELI… et le régime d’accession à la propriété, on vous dit tout.

1. Déductions et crédit d’impôts de façon générale

La déduction d’impôt est encore appelé réduction d’impôt. Calculé selon le barème progressif, il s’agit d’une bonne manière pour réduire son impôt. Pour un cas où la réduction d’impôt est élevée par rapport au montant de l’impôt, impossible toutefois d’obtenir un remboursement, mais cela permet tout de même de ramener l’impôt à zéro. Chaque gouvernement permet aux contribuables de demander un pourcentage du total de leurs crédits d’impôt non remboursables et de réduire l’impôt qu’ils doivent en soustrayant ce montant. Le gouvernement fédéral permet aux contribuables de demander 15 % de leurs crédits d’impôt non remboursables.

2. Utiliser le CELI et le REER

Cette astuce est la plus importante de tous les conseils que nous délivreront sur cette page. Eh bien OUI, il s’agit là de la manière la plus simple de passer de se mettre à l’abri de l’impôt. En prenant l’exemple d’un REER où 100 dollars seront versés chaque semaine sur 40 ans par exemple, l’épargne-retraite va croitre beaucoup rapidement que si l’argent était placé dans un compte d’épargne ordinaire soumis à l’impôt.

3. Calculer votre futur impôt pour planifier vos finances

Pour cela, vous pouvez utiliser une calculatrice de revenu du Canada. Grâce à cet outil, vous pourrez avoir des informations sur les prestations de la sécurité de la vieillesse, le régime des pensions du Canada, et même sur votre impôt, ce qui vous permettra de mieux planifier vos finances. Cela vous aidera aussi à comprendre les effets pouvant produire des économies accrues. Nous avons également mis à votre disposition un document Guide retraite Québec

4. Garder ses placements dans son REER

Bravo si vous avez atteint le plafond de vos cotisations maximum au REER ou eu CELI. Pensez cependant à investir hors de ces comptes non imposables. Qu’importe la décision que vous prendrez, il vaut mieux laisser vos obligations et les titres à revenus fixes dans votre REER.

5. Déduction des pertes en capital après liquidation

Quel que soit le domaine dans lequel vous investissez que ce soit dans l’immobilier ou tout autre titre, perdre n’est jamais agréable. Toutefois, il y a un petit côté positif. Il est possible d’utiliser cette perte, également connue sous le nom de perte en capital pour réduire les gains en capital produits par d’autres placements au cours de l’année.

6. Actions accréditives

On appelle action accréditive, toute action permettant à quelqu’un ou à une société de ressources de transférer ses coûts de développement ainsi que ses dépenses de leurs déclarations de revenus personnelles. Comprendre les actions accréditives est assez simple. Une fois que les sociétés de ressources sont au stade de développement et d’exploitation, elles  ne produisent pas de revenus. Suite à cette absence de revenus, les dépenses effectuées ne disposent pas de valeur immédiate pour l’entreprise. Celles-ci seraient mises ensemble pour être rapportées et utilisées dans l’année où la société dispose d’un revenu imposable.

7. Donation actions accréditives

Très récemment, l’ARC a révélé plusieurs décisions anticipées sur une méthodologie qui implique la donation d’actions accréditives à un organisme de bienfaisance. La donation d’actions accréditives est plébiscitée par les sociétés œuvrant dans le secteur des mines et de l’énergie. Ladite structure devra cependant prévoir de lever les fonds par le billet de l’émission des actions accréditives. Les investisseurs se serviront des actions accréditives auxquelles ils ont souscris pour faire un don immédiat à un organisme de bienfaisance. Tel que le prévoit l’ARC, dans l’hypothèse où les actions accréditives sont  offertes à un organisme de bienveillance, cet arrangement en don, reste à l’abri fiscal.

8. Déduction de primes d’assurance vie dans certaines situations très particulières

Face à la question de savoir si les primes sont déductibles d’impôt, la réponse est très souvent négative. En réalité, aucun particulier ou entreprise n’est autorisé à réduire sa prime, sauf dans certains cas. Prenons le cas de l’assurance en entreprise. Quand  une entreprise a recours à une assurance-vie, une assurance-santé ou une assurance invalidité, savoir si les primes seront déductibles ou pas, peut être difficiles. Toutefois, lorsque l’assurance-vie est détenue par un actionnaire, les primes payées par la société, les primes payées par la société constituent un avantage considérable pour l’actionnaire. Par ailleurs, lorsque l’assurance-vie et l’assurance santé sont détenues par un employé, les primes payées par l’employeur sont considérés comme un revenu imposable pour l’employé. Par ailleurs, l’employeur a la possibilité de déduire les primes de revenu de l’entreprise à condition qu’elles constituent des dépenses d’entreprise raisonnable.

9. Jeux d’écriture avec le FINB

Vos pertes de jeux de divertissement sont déductibles d’impôt, mais seulement dans la mesure de vos gains. Toutefois, le joueur devra déclarer tout l’argent qu’il a gagné comme revenu imposable dans votre déclaration. Gardez aussi à l’esprit que la déduction ne sera disponible que si vous détaillez vos déductions, et ceci que ce soit dans les jeux de loteries, courses hippiques, tombolas, jeux de poker et paris sportifs.

10. Investissement par le conjoint au plus faible revenu

Si vous souhaitez que vos gains en capital soient imposés au plus bas taux possible, vous pouvez investir par le conjoint du couple dont le revenu est le plus bas pendant que vous assumez les dépenses courantes du ménage. A travers cette méthode, fort est à parier que vous économiserez des milliers de dollars. Tout dépend cependant du rendement de vos investissements.

11. Baisse d’impôts pour les familles

La somme épargné via la baisse d’impôt pour les familles est fonction de la différence entre les revenus imposables respectifs des conjoints. Si le conjoint dont le revenu est le plus élevé cotise au REER, il en résultera une diminution du revenu imposable, car la somme cotisé n’est pas prise en compte.

12. REER du conjoint pour épargner plus à l’abri de l’impôt

Si vous disposez des droits de cotisation au REER non usités mais aussi un conjoint, vous pouvez créer un compte REER de conjoint. Par la suite, vous pouvez faire les cotisations au nom du membre du couple dont le revenu est le plus modeste. Dans ce cas, votre conjoint sera imposé au taux le plus bas quand il voudra retirer de l’argent.

13. Partage de revenus entre conjoint pour abaisser le seuil de l’impôt sur le revenu

En partageant vos revenus avec votre conjoint qui gagne moins que vous, vous bénéficiez d’un avantage considérable en matière de réduction d’impôt. Vous êtes tous les deux âgés de 60 ans ou plus et vous recevez des paiements de la Régie de Rentes du Québec, le conjoint qui gagne plus peut choisir d’attribuer jusqu’à 50% de son revenu du RRQ à celui dont le revenu est bas.

14. Retraité ? Utilisation du CELI

Si vous êtes retraité, vous pouvez continuer à cotiser votre CELI plutôt que le REER après 71 ans. Et à l’inverse du FERR, il n’existe pas de retrait annuel obligatoire. Chaque membre du couple à la possibilité d’investir par an un montant de 5500$, soit 11 000 $ pour un couple.

15. REER décaissement pour mise de fond (RAP)

Si vous allez attendre de bonnes années avant d’amorcer votre retraite, ceci va certainement vous aider. Sachez que le REER peut vous permettre d’acheter de plus gros actifs que vous disposerez dans votre vie et donc une maison. En effet, le régime d’accession à la propriété ou RAP vous permet de puiser jusqu’à 35 000$ de votre REER, et ceci sans pénalités fiscales.

16. PUGE

Demandez le PUGE (prestation universelle pour la garde d’enfants et 17 ans peuvent dorénavant recevoir une nouvelle prestation de 60$ par enfant. Pour y accéder, vous devez remplir une demande de prestation canadienne pour enfant.

17. Déduction frais de transport

En général, les déplacements professionnels représentent une charge déductible du revenu global. Ainsi, ces déplacements peuvent être, dans certains cas, inclus de frais réels. Les frais de déplacement à montant réel sont déductibles si vous renoncez à un abattement de 10%.

18. Déduction des frais de déménagement

Vous déménagez ou votre prévoyez de déménager ? Les frais que vous avez engagés pour votre déménagement peuvent être déductibles de revenu, et cela peut considérablement réduire votre charge d’impôt.

19. Frais juridique

Certains de vos frais juridiques peuvent également être déductibles d’impôt. Il s’agit des frais juridiques pour conseils fiscaux ou d’aide, les frais juridiques relatifs à l’allocation de retraite ou aux prestations de retraite, les frais juridiques liés aux prestations alimentaires pour enfants, les frais juridiques liés à votre salaire ou à votre entreprise.

20. Investissez au nom de vos enfants

A supposez que vous donnez 100 000$ à votre fille de 5 ans et qu’elle utilise cette somme pour acheter des actions bancaires à son nom. Au bout de 18 ans, les actions auront une valeur de 200 000$ et à payer à un taux très bas.

21. Crédits d’impôt et réduction

Pour avoir d’autres conseils sur comment réduire les impôts au Québec, merci de suivre notre lien : www.quebec.ca/finances-impots-et-taxes/credits-impots-deductions

Conclusion

La fiscalité est un domaine très complexe et pour ne pas faire d’erreur et risquer un redressement il faut faire appel à un professionnel. Comme vous tenez à trouver des placements libres d’impôts, n’hésitez pas à faire appel au groupe financier Signature qui propose aux particuliers et aux professionnels des produits financiers viables mais peu connus adaptés à un marché en constante mutation et avec une fiscalité particulièrement attractive.

Remplissez votre soumission

CONSULTATION GRATUITE