Pour recevoir nos conseils, veuillez remplir notre formulaire

Qualifiez-vous-en moins d’une minute

éditorial

Comment obtenir une assurance salaire travailleur autonome ?

A l’inverse des salariés, les personnes travaillant de manière autonome (dit les travailleurs autonomes), n’ont pas accès à un congé suite à une maladie ou un accident. De même, elles n’ont droit à aucune substitution de revenu en cas d’incapacité à l’exercice de leur fonction. Alors, pour elles, le seul recours pour se protéger quand on est un travailleur autonome est de souscrire à une assurance salaire travailleur autonome ou une assurance invalidité travailleur autonome. En quoi cela consiste et comment l’obtenir ? Décryptage !

Versement mensuel non imposable

Que l’on soit salarié ou travailleur autonome, une incapacité de travailler due à une maladie ou un accident peut survenir à n’importe quel moment. Ce n’est donc pas parce qu’on travaille en toute autonomie qu’on ne peut pas avoir une difficulté nous mettant dans l’inaptitude à travailler convenablement. Ceci dit, tout travailleur autonome peut souscrire à une assurance salaire travailleur autonome. Comme cela, il percevra un versement mensuel non assujetti.

 

Ceci lui permettra de régler ses charges en l’absence de revenus. Mais que ceci se réalise, la personne indiquée doit avoir souscrit à une assurance salaire volontaire. Pour le calcul d’une telle prestation, les compagnies d’assurances se basent sur les revenus moins les dépenses professionnelles, mais avant impôts. Ces compagnies peuvent aussi verser une part de la rente mensuelle au cas où le travailleur autonome continue de travailler à temps partiel.

 

 

Suite à une invalidité, il peut même arriver que certains assureurs proposent l’indexation de la rente mensuelle. En ce qui concerne la période d’attente, c’est au travailleur autonome de choisir quand est-ce qu’il pourra commencer à percevoir son tout premier versement ; il peut commencer dès le premier jour ou même décider de le recevoir dans les 120  prochains jours. Quand la durée d’attente est longue, le montant de la prime baisse, mais cela requiert de posséder des économies qui permettront de couvrir les dépenses de tous les jours lors de la période d’attente. Le travailleur autonome a aussi la possibilité de choisir entre diverses périodes de paiement : il peut prioriser une période échelonnée sur deux ans, 5 ans ou percevoir sa prime jusqu’à 65 ans.

Assurance salaire travailleur autonome : Que couvre-t-elle au juste ?

Comme cela a été dit plus haut, le travailleur autonome peut percevoir un versement mensuel suite à un accident ou une maladie l’empêchant de travailler comme il se doit. La prime est versée par l’assurance à laquelle il a souscrit. Les besoins quotidien que couvre une telle prime sont les suivantes : dépenses d’épicerie, paiement de l’hypothécaire ou du loyer, règlement du prêt de voiture, assurances et droits d’immatriculation, factures de téléphone, câble et Internet, les prêts personnels, les marges de crédit, mais aussi les cartes de crédit. A noter que la liste est loin d’être exhaustive.

Les différents produits liés à la garanti salaire travailleur autonome

Le travailleur autonome a la possibilité de choisir entre trois types de contrats d’assurance invalidité. Il s’agit de la protection à renouvellement garanti, la protection commerciale et la protection irrévocable.

 

En ce qui concerne la protection à renouvellement garanti, qui permet de modifier les primes (en cas de nécessité). Le travailleur autonome peut modifier cette prime suite à une dégradation de son portefeuille d’assurance. Ici, l’assureur est dans l’obligation de renouveler la police mais à une période bien définie. Chaque année, la compagnie d’assurance définit de nouveau les termes du contrat. Ceci peut être la résultante d’une substitution de poste, une détérioration de la santé, une baisse de revenu. Elle peut même définir de nouvelles exclusions relatives à la question de la santé.

 

 

Contrairement à la protection à renouvellement garanti, la protection irrévocable coûte assez cher et est très difficile à obtenir. Cependant, ce produit est celui qui est le plus recommandé, car elle se base sur les termes fixés dès la mise en œuvre de la police d’assurance. Dans ce registre, l’assuré pourra profiter des mêmes primes et assurances. Ceci signifie que l’assureur n’a pas le droit de majorer la prime, de résilier la police ou encore de modifier les conditions une fois que le contrat est signé. Si elle se pose comme la meilleure solution pour les travailleurs autonomes, les créateurs d’entreprise n’y ont pas accès. Cependant, après plusieurs années de soumission à une police à renouvellement garanti, on peut en profiter.

 

 

Il y a également la protection commerciale, qui offre la possibilité à l’assureur de refuser de renouveler le contrat à sa date anniversaire de majorer les primes.

Quelle est la durée des versements pour assurance invalidité travailleur autonome ?

Au Canada, en moyenne une personne sur deux est dans l’incapacité de travailler pendant plus de 3 mois suite à une blessure ou une maladie. C’est pourquoi souscrire à une assurance salaire travailleur autonome est d’autant plus essentiel que cela permet de bénéficier des versements mensuels plus ou moins conséquents pour subvenir à ses besoins (prêts hypothécaires, prêts auto, marges de crédit…).

 

En ce qui concerna la durée des versements, sachez qu’il existe des polices d’assurances qui prévoient les versements de prestations pour une durée déterminée allant très souvent de 2 à 5 ans. La durée des versements peut aussi s’étendre jusqu’à la fin de l’invalidité ou encore jusqu’aux 65 ans de l’assuré. En tant que travailleur autonome, il vaut mieux opter pour celle qui s’étend jusqu’à 65 ans ou la fin de l’invalidité. Comme nous le soulignions plus haut, le temps d’attente peut être de 30, 60, 90 ou 120 jours. Le travailleur autonome définit son temps d’attente dépendamment de la somme d’argent qu’il a en sa possession. Quoi qu’il en soit s’autorisant un délai d’attente assez long, il paiera les primes moins élevées que s’il opte pour un délai d’attente de courte durée.

 

 

En définitive, l’assurance invalidité pour un travailleur autonome est une solution profitable. Elle fournit un véritable coup de pouce, surtout quand on sait que les problèmes de maladie ou d’accident peuvent survenir à n’importe quel moment. Toujours est-il qu’il est important de choisir la bonne police d’assurance salaire, afin de ne pas se faire avoir par moult conditions liées à telle ou telle assurance.

Remplissez votre soumission

Qualifiez-vous-en moins d’une minute