Pour recevoir nos conseils, veuillez remplir notre formulaire

CONSULTATION GRATUITE

éditorial

Guide REER : définition, avantages, conseils…

Si vous êtes sur cet article, c’est que vous avez besoin d’en savoir plus sur le REER. Nous nous faisons le plaisir de vous donner tous les détails à ce sujet : définition, particularités par rapport au CELI, REER FTQ, prêt REER, REER mise de fond, etc.

Pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur le fonctionnement de la retraite au québec et veulent mettre en place une stratégie de planification retraite nous avons écrit un Guide retraite Québec.

Nous avons par ailleurs rédigé égaLement un guide de placement retraite complet qui vous permettra d’en apprendre plus sur vos possibilités d’épargne en vue d’une planification retraite de qualité.

Qu’est-ce qu’un REER ?

Le sigle « REER » est utilisé pour désigner le régime enregistré d’épargne-retraite. C’est l’une des solutions indispensables pour mieux préparer sa retraite ou effectuer une planification de retraite digne de ce nom. Vous souhaitez commencer à planifier votre retraite et à placer votre argent, mais vous êtes encore dans une phase de prise de renseignements.

Nous allons grâce à ce guide REER, vous ôter de tous vos doutes. Premièrement, nous allons commencer par vous expliquer le concept financier en question.

De manière basique, le REER est une forme de plan qui permet aux Canadiens d’épargner afin de se préparer à leur retraite. Tout le long de la vie, il sera question d’effectuer des cotisations dans ce régime, ce qui donnera lieu à un report d’impôt.  Ainsi, les revenus provenant de votre épargne-retraite, seront sous parapluie, donc à l’abri d’impôt.

Cependant, l’épargnant sera tenu de payer l’impôt lorsqu’il retirera son revenu à la retraite. Vous comprenez donc que le REER est une bonne astuce pour reporter le paiement de l’impôt plus tard et ce uniquement en cas de décaissement et au moment de votre départ à la retraite.

Il existe plusieurs types de REER, parmi lesquels on compte le REER individuel, le REER de conjoint, le REER autogéré, le REER collectif, le REER FTQ et le REER mise de fond.

A noter également que les cotisations REER seront déductibles de votre revenu. Cela veut simplement dire que l’argent placé dans votre REER jusqu’à ce qu’il atteint le seuil annuel autorisé, est à même de soustraire votre revenu imposable annuel. Le seuil annuel ou plafond REER annuel représente en effet le pourcentage du revenu obtenu ajouté à vos droits de cotisations non utilisés pour le compte des années antérieures.

Plafond REER : Combien pouvez-vous verser au REER ?

Si vous investissez dans un REER, il est important que vous sachiez combien vous pouvez placer dans votre régime. En bref, vous devez déterminer votre plafond REER. Il existe un montant maximal des cotisations que vous pouvez placer dans votre REER pour l’année en cours. Pour le savoir, il vous suffit de consulter l’avis de cotisation que l’Agence du revenu du Canada vous a fait parvenir à la suite de votre déclaration d’impôt de l’année précédente.

En générale, votre cotisation maximale à votre REER est le plus petit de ces deux montants : soit 26230$ (plafond de cotisation fixé pour 2019), soit 18% du revenu que vous avez gagné l’année précédente.

Attention à la date limite de cotisation à vos REER

Néanmoins, plusieurs facteurs peuvent faire varier ce plafond.  Ce sont :

  • Les droits de cotisation non utilisés : si vous n’avez pas atteint le montant maximal de vos cotisations REER au cours des années précédentes, vous pouvez avoir la possibilité que vos droits de cotisation non utilisés s’ajoutent à votre montant maximal. L’agence du revenu du Canada, vous indique sur votre dernier avis de cotisation vos droits non utilisés.
  • Cotisations à un régime de retraite : ces cotisations font baisser votre plafond dans la mesure où vous avez déjà auparavant pris part à un régime de participation différée aux bénéfices auprès d’un employeur au cours de l’année précédente.
  • Cotisations excédentaires : l’agence du revenu vous permet si vous dépassez vos droits de cotisation de 2000$ ou moins, de laisser cet argent dans votre REER sans pénalité. Si le montant est supérieur à 2000$, vous devez payer un impôt de 1% pour chacun des mois durant lesquels cet excédent est resté dans votre REER.

Toutefois, les cotisations REER ont une limite. En effet, le montant limite en 2018 est de 26230$ ; 26500 en 2019 et le maximum déductible REER en 2020 est estimé à 27230$. Tandis  que la date limite pour cotiser à un REER au cours de l’année est fixée au 31 décembre de l’année durant laquelle vous avez atteint 71 ans.

Pourquoi devez-vous investir dans un REER toute l’année ?

Après votre adhésion au REER, vous devez faire des contributions toute l’année. Lorsque vous déposez de l’argent dans un REER, vous pouvez déduire cette somme de votre revenu imposable. C’est-à-dire si vous gagnez 45$ par année et que vous contribuez 5000$ à votre REER, votre impôt est calculé en fonction de 40000$.

L’argent versé à votre REER peut être investi de plusieurs façons. Nous avons par exemple les certificats de placement garanti (CPG) ; les obligations ; les actions et bien d’autres. Il est important de noter que vous ne payez pas d’impôt sur les revenus tirés de ces investissements (intérêts ; dividendes ; gains en capital), tant que l’argent reste à l’intérieur du REER. Nous pouvons prendre l’exemple sur vos investissements. Si votre investissement de 5000$ vous rapporte 250 $ par année, vous n’avez pas à payer d’impôt sur ce 250$, tant qu’il reste dans votre REER. Sur une période de 10, 20, 30 ans, cela fait une énorme différence.

Toutefois Si vous souhaitez investir dans votre REER, tout dépendra de la planification de retraite. Vous devez savoir quels sont vos projets de retraite ? Combien vous devez économiser pour réaliser ces projets dans 10 ,15 ou 20 ans ? Combien d’économies vous pouvez verser dans votre REER ? Combien vous pouvez économiser par semaine ou par mois ? Combien vous pouvez rembourser si vous empruntez l’argent que vous déposez dans votre REER ? Savoir si vous devriez plutôt investir dans d’autres produits d’investissement, par exemple le CELI, RVER ou autre ?

Pour pouvoir profiter un maximum de vos cotisations et captaliser à l’abri de l’impôt ,vous pourrez avoir recours à un prêt REER.

REER vs CELI : quelles différences entre ces deux concepts?

Vous avez envie d’investir mais vous hésitez entre le REER et le CELI. Dans le guide REER nous vous informons sur la grande différence qui existe entre un REER et un CELI. La différence se situe en effet au moment où vous payez de l’impôt. Le REER, vous permet de reporter l’impôt à payer. C’est un avantage si votre taux d’imposition marginal est moins élevé à la retraite. Dans le cas du CELI, vous avez déjà payé de l’impôt sur l’argent que vous cotisez.

Pour davantage comprendre la différence entre ces deux produits d’investissement, il est nécessaire de mieux les connaitre. Un REER est un régime enregistré d’épargne retraite ou vous pouvez y cotiser jusqu’à l’âge de 71 ans ; contrairement à un CELI qui est un compte d’épargne libre d’impôts ou vous pouvez y cotiser à compter de l’Age de 18 ans. Avec un CELI, vous pouvez déposer jusqu’à 5000S par an quelque soient vos revenus ; ce qui n’est pas le cas avec un régime REER. Une grande variété de produits financiers peut également être placée dans le CELI à l’instar du REER. Comme variétés de produits financiers, nous avons les actions ; les fonds communs, les obligations ; et tous les produits d’épargne traditionnels etc.

En outre, une autre différence qui oppose le REER vs CELI, c’est que l’argent que vous placez dans le CELI ne vous procure pas d’économies d’impôts.

Par conséquent, vous pouvez retirer en tout temps sans pénalité. Le CELI devrait également servir à bâtir un fond d’urgence pour parer aux éventualités, ce qui ne peut être fait avec le REER à cause des pénalités importantes qui sont imposées lors des retraits prématurés.

Pour résumer ces deux placements n’ont pas la même utilité, préférez le CELI pour placer votre épargne de secours, par contre préférez le REER pour préparer votre retraite.

REER collectif : est-il important de s’y inscrire?

Vous travaillez et votre entreprise vous offre un REER collectif ? C’est vrai qu’il n’est jamais évident de travailler en groupe mais allez-y ! Sautez sur l’occasion car c’est une bonne nouvelle. Le REER collectif est un régime offert à tous les employés admissibles d’une même entreprise et chapeauté par l’employeur.

Chaque individu a son propre compte et peut choisir ses placements. Ce moyen vous aide à accumuler encore plus de capital à l’abri de l’impôt pour la retraite tout en vous permettant de cotiser à votre REER personnel.

Si vous avez en projet de quitter l’entreprise, ne vous inquiétez pas pour vos gains. Vous conservez les sommes amassées (soit vos cotisations et celles de votre employeur, au cas échéant). Vous pouvez aussi transférer les placements dans un compte personnel puisque vous avez la possibilité de choisir vos placements.

Si vous êtes en âge de partir à la retraite, vous pouvez les transférer dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). S’inscrire à un REER collectif c’est donc s’assurer d’épargner en vue de la retraite tout en profitant d’un allègement fiscal apprécié. Et cela coute moins cher qu’un régime individuel.

Qu’est-ce qu’un REER de conjoint ?

Ce type de régime concerne des couples. Comme on peut le supposer, un REER de conjoint est émis au nom de votre conjoint(e), dans lequel vous pouvez investir chaque année un montant déterminé selon vos droits de cotisation personnelle. En effet, le REER de conjoint consiste à verser des sommes dans le REER de son ou sa conjoint(e). Toutefois, il n’est pas nécessaire d’être marié civilement.

Le principal intérêt du REER conjoint est de fractionner le revenu à la retraite. Si le revenu du couple n’est pas équilibré, le conjoint le plus nanti cotise au REER de celui qui gagne moins ; ainsi, la facture fiscale combinée sera moins élevée que la facture individuelle.

Un autre avantage est lors de l’achat d’une propriété. Si les conjoints ont chacun leur compte REER, ils auront tous la possibilité de se prévaloir du régime d’accession à la propriété (RAP).

Attention ! Tout de même la vie nous joue souvent des tours. En cas de séparation vous ne pourrez pas récupérer les sommes que vous aurez cotisées dans le REER de votre conjoint. Ainsi, si vous n’êtes pas marié civilement, prévoyez un contrat de vie commune incluant une clause précisant le partage éventuel des montants. Si vous êtes mariés civilement, c’est la règle du patrimoine familial qui s’appliquera.

4 choses qu’on peut faire avec un REER

Vous avez  un compte REER et vous ne savez pas quoi en faire. Nous vous donnons ici 4 choses qui vous servirons. Avec un REER vous avez évidemment plusieurs avantages mais le plus important est que si vous n’avez pas encore une propriété ou une maison, c’est le bon moment pour vous en procurer. Avec un REER, vous pouvez

  • Acheter votre première maison, grâce au régime d’accession à la propriété. Le RAP permet à chaque conjoint de sortir jusqu’à 25000$ de son épargne retraite pour acheter sa maison avec un REER.
  • Vous pouvez diminuer votre revenu imposable grâce à un REER conjoint. Pour le faire, vous pouvez cotiser dans le REER de votre conjoint pour avoir une déduction fiscale élevée.
  • Avec un REER vous pouvez réduire les retenues d’impôts à la source en faisant des cotisations par retenue à la source à un régime au travail. Les ajustements fiscaux nécessaires seront faits à la source.
  • Si vous avez atteint l’âge de 71 ans, vous pouvez convertir votre REER en FERR ; utiliser le capital du REER pour souscrire un contrat de rente ; ou simplement encaisser votre épargne-retraite.

Prochaines étapes

Voici déjà plusieurs années que vous avez ouvert un REER et bientôt vous allez atteindre les 71 ans. Sachez que vous aurez d’importantes décisions à prendre concernant votre régime enregistré d’épargne-retraite. Pour la plupart des retraités canadiens, le REER est le meilleur instrument de placement pour générer du revenu et payer moins d’impôts.

Cependant, si vous atteignez l’âge de 71 ans, la loi vous oblige à retirer tous les fonds de votre REER avant le début d’année à venir. Découvrons des meilleures options qui s’offrent à vous pour préserver votre revenu de retraite et votre patrimoine.

  • Retirer les fonds en espèce : vous serez amené à payer de l’impôt immédiatement sur la totalité de vos fonds à un taux marginal élevé.
  • Ouvrir un fonds enregistré de revenu de retraite Québec. Toutefois, vous ne pouvez plus verser de cotisations et vous devez en retirer un montant minimum chaque année. Pour les personnes de 71 ans, le montant retrait minimum du FERR est de 5.28%. Ce taux augmente chaque année.
  • Acheter une rente : sur le marché, nous avons une rente viagère qui prévoit le versement d’un montant déterminé, une fois par mois jusqu’à la fin de vos jours. Une rente certaine qui garantit le versement d’une rente jusqu’à votre 90eanniversaire de naissance. Une rente réversible qui prévoit que votre rente continuera d’être versée à votre conjoint après votre décès.

CONCLUSION

Nous avons pu voir que le REER est un formidable outil pour placer son argent de façon libre d’impôt.

C’est aussi un véhicule de placement flexible qui permet d’accéder à de multiples placements sur différents actifs. Les REER permettent également aux futurs propriétaires de financer leur mise de fond pour l’acquisition de leurs maisons. Il existe plusieurs types de REER dont les REER collectifs qui permettent aux employés de placer leur argent et les REER de conjoints pour utiliser au mieux les cotisations du couple. Nous avons pu voir les plafonds de cotisations maximum par an et les déductions fiscales possibles. Enfin nous avons vu les limites du REER en terme de période de cotisation, car vous ne pouvez cotiser que jusqu’à l’âge de 71 ans.

Remplissez votre soumission

CONSULTATION GRATUITE