Pour recevoir nos conseils, veuillez remplir notre formulaire

CONSULTATION GRATUITE

éditorial

Régime de retraite individuel

Vous êtes un dirigeant ou un haut cadre d’entreprise à la recherche d’une solution d’épargne pour préparer votre retraite et par la même occasion faire des économies sur votre facture fiscale ? Vous êtes au bon endroit. Eh oui, un régime de retraite individuel peut certainement vous être utile. Ceci est aussi valable si vous avez atteint votre seuil de cotisation au REER et vous respectez certains critères. Dans cet article, on vous donne les points forts et les points faibles d’une telle démarche.

Mieux comprendre le Régime de Retraite Individuel

Le sigle RRI est utilisé pour désigner le Régime de retraite Individuel. Plus précisément, il s’agit d’un régime de pension agréé à prestations déterminées (PD). Ce régime offre un avantage indéniable, car vous savez à l’avance ce que vous toucherez à la retraite. Très souvent, un seul intervenant le met en place. Si le RRI est prisé du grand nombre, c’est simplement parce qu’il peut vous aider à vous constituer un véritable revenu de retraite à l’abri de l’impôt mais aussi de tirer parti de la pension maximale autorisée par la loi fiscale relative au Canada.

Hormis le REER, le régime de retraite individuel (RRI) offre des droits de cotisations additionnelles. Mais pour cela, vous devez être un propriétaire d’entreprise ou un haut dirigeant âgé de 45 ans quel que soit le profil.

En tant que propriétaire d’entreprise, le RRI vous aidera à faire des économies considérables sur votre impôt. En effet, les cotisations au RRI versés par votre structure ainsi que les frais administratifs sont déductibles d’impôt.

A la fois utile pour vous et votre entreprise, un RRI est peut être nécessaire pour effectuer une planification fiscale que ce soit lorsque vous cotisez au régime ou lorsque vous êtes retraité. Cela est en effet possible à travers les contributions déductibles d’impôts mais également connues sous le nom de financement des services passés.

Dépendamment de votre situation, votre entreprise peut pendant la première année, sera à même de cotiser une somme forfaitaire et sous parapluie, donc l’abri d’impôt.

Les avantages du RRI

Epargne libre d’impôt :

Si vous avez le profil indiqué, vous pouvez compter sur un RRI et ainsi, vous n’aurez pas à payer d’impôts sur les taux d’intérêts obtenus de votre rendement d’investissement. Ce sera aussi une bonne occasion d’accroître votre capital de retraite.

Protection vis-à-vis des créanciers :

Grâce au RRI mais aussi aux prestations déterminées, il est possible de se mettre à l’abri des créanciers.

Revenus de retraite prévisibles :

Un autre avantage à avoir lorsque vous optez pour un RRI, c’est que vous savez à l’avance le montant de vos revenus à la retraite

Cotisations maximales très souvent plus élevées que pour le REER (sous certaines conditions).

Rachat des services passés :

En cotisant dans un Régime de Retraite individuel, vous pouvez augmenter votre rentre de retraite et accroître vos cotisations. Vous aurez même la possibilité de combler le vide des années où vos cotisations n’ont pas été au sommet. Il s’agit d’une démarche efficace surtout si vous avez l’intention de prendre votre retraite de façon anticipée.

Rendement à l’abri de l’impôt :

Vous ne payez aucun impôt lorsque vous êtes sous ce régime, au contraire, parce qu’aucun frais d’impôt n’est prélevé de vos cotisations, vous allez pouvoir accroître rapidement votre capital de retraite.

Rendement à l’abri de l’impôt :

Le rendement des investissements est aussi à l’abri de l’impôt et accroît votre capital de retraite. Puisque le régime est instauré uniquement pour vous, toutes les sommes vous appartiennent en propre.

Le RRI permet de bonifier le régime avec une cotisation supplémentaire. Il est possible de procéder à une bonification de la rente possible à la retraite.

Les sommes accumulées dans le RRI sont insaisissables. Le REER, lui, peut être saisi dans certains cas.

Pour l’entreprise :

Les cotisations de l’entreprise sont déductibles de son revenu.

Les frais de mise en place et d’administration sont déductibles d’impôt.

Le RRI rend plus facile la vente de l’entreprise avec la diminution des avoirs des actionnaires.

Permettant de capitaliser le RRI, les coûts d’un emprunt sont à l’abri de l’impôt.

Désavantages

Droits de cotisation minimaux à un REER

Lorsque vous cotisez à un RRI, cela réduit systématiquement les possibilités de cotisations à un REER. Au cas où les rendements annuels des placements dans un RRI sont supérieurs à 7,5%, les droits de cotisation au RRI peuvent également être réduits. A noter également que pour diminuer votre facture fiscale, L’une des meilleures façons d’attirer les fonds est lorsque votre taux d’imposition est à son plus bas. Il peut arriver qu’un RRI devienne « trop gros ».

Complexité des coûts : la mise sur pied ou la gestion d’un RRI n’est pas accessible à tous, notamment en matière de coût. Chaque année, vous allez devoir débourser 1500$ pour les frais d’administrations et les services actuariels.

Limites quant à la déduction fiscale : Même si les frais sont déductibles d’impôts pour la société, il n’est pas exclu qu’il existe d’autres solutions pour payer moins d’impôt.

Exigences strictes : Pour limiter les graves conséquences fiscales en cas d’erreur, l’administrateur du RRI doit s’assurer de la parfaite gestion de ce régime.

Restrictions relatives aux retraits : Lorsque vous cotisez au RRI, il vous sera impossible de retirer les fonds jusqu’à l’âge de la retraite. Vous n’êtes pas autorisé à les utiliser à d’autres fins.

Pour qui est fait le RRI ?

Si vous souhaitez créer un RRI, il est important de vérifier si vous avez le profil adapté. Pour cela, vous pouvez collaborer avec un conseiller financer qui fera également appel à un actuaire. Pour le savoir, certains critères comme l’âge, le revenu, l’ancienneté sont pris en compte. En gros voici les critères à respecter si vous souhaitez faire les cotisations au RRI pour préparer votre retraite.

  • Etre âgé de 45 ans ou plus ;
  • Ne pas appartenir à un autre régime de retraite ;
  • Etre propriétaire d’une entreprise ou y avoir travaillé depuis 10 ans au moins ;
  • Avoir un revenu minimum de 100 000$

Si vous ne respectez pas ces critères, vous pouvez toujours opter pour un IPP. A titre d’exemple, si vous avez un revenu moyen de 50 000$ provenant de votre entreprise, et que vous gérez cette entreprise depuis 25 ans, un IPP peut toujours être une bonne solution. Toujours est-il que travailler avec une gestion de régime de retraite individuelle sera avantageux pour vous.

Que se passe-t-il à votre retraite ?

Vous êtes à la retraite après avoir confié votre entreprise ou avait quitté votre employeur, de nombreuses possibilités vous sont offertes. Une rente RRI vous est versée tous les mois. Vous achetez par la suite une rente auprès d’une assurance-vie. Le montant transféré total de vos cotisations dans le régime doit être fait auprès d’un revenu Viager (FRV) ou au revenu immobilisé (FRRI).

Il est important de préciser que les règles relatives au RPA sont similaires à celles relatives aux REER. En effet, vous devez commencer à recevoir un revenu RRP avant la fin de l’année où vous atteignez 71 ans. La valeur restante de votre revenu RRI reviendra à votre conjoint vivant ou à votre succession. Votre plan également doit être rapidement liquidé afin de retirer la valeur de rachat. Pour une meilleure ligne de conduite, l’idéal serait de demander conseil à un conseiller en sécurité financière.

Comme vous pouvez le constater, savoir si un régime RRI est adapté à votre profil n’est pas aussi simple que cela puisse paraître. Il en va de même lorsque vous souhaitez en configurer un. Pour réussir cette opération, vous devez faire appel à un conseiller en placement qui fera à son tour appel à un actuaire.

Quel sera le montant de votre rente ?

La loi portant sur l’impôt sur le revenu réduit votre cotisation au REER de 18% minimum du revenu obtenu de l’année précédente et la cotisation maximale. En 2016, la cotisation maximum s’élevait à 25 370$. Elle est de 26 010$ en 2017 et de 26 230$ en 2018.

En ce qui concerne le RRI, la loi relative à ce régime ne limite pas de cotisation, elle définit le montant de la rente viagère payable à la retraite. La rente viagère est égale à 2 % du revenu annuel pour chaque année de participation.

En 2016, la rente par mois était à hauteur de 2 890 $ par année de service. Elle est passée à 2 914 $ en 2017 et, par la suite, elle sera indexée à chaque année. Maintenant, elle est de 3025$ par mois au maximum. A parti de ces données, il est possible de calculer, selon la situation de chacun, une cotisation maximale

Stratégies possibles

Si vous souhaitez bien utiliser vos actifs à la retraite, il est important de souscrire à un RRI mais vous devez avoir  le profil requis. Toujours, il est important de savoir que cette option n’est pas incontournable.

 Une prestation à même le régime s’il est maintenu en vigueur. Vous pouvez aussi opter pour un régime de rente viagère, une épargne-retraite individuel (REER), un compte retraite immobilisé (CRI) ou un achat d’une rente auprès d’un assureur ou d’un établissement financier.

Pourquoi faire appel à un conseiller en sécurité financière ?

Tout compte fait, recourir au service d’un conseiller en sécurité financière sera tout à votre avantage. Le groupe financier Signature vous prose des solutions clés en main qui répondront parfaitement à vos besoins. Fort de plusieurs années d’expérience et d’une équipe de conseillers en sécurité financières dédiés, le groupe financier Signature vous accompagne pas à pas dans vos démarches financières : préparer votre retraite, protéger votre famille, protéger votre patrimoine personnel et même celui de votre entreprise. Pour mettre en place votre RRI n’hésitez pas à nous contacter.

Remplissez votre soumission

CONSULTATION GRATUITE